Pourquoi la qualité "passe parfois mal ?"

Publié le par GILLET GOINARD FLORENCE

Dommage .. si la qualité reste un pilier de la performance de l'entreprise, ses dirigeants n'en perçoivent pas toujours sa valeur.Et la démarche ne trouve alors  pas toujours la place qu'elle mérite . Réléguer ainsi au stade d'une contrainte, la démarche qualité reste alors   " à coté" des dimensions clés ,centres d'intérêts  de la direction; la vente, la production , les finances....

Alors, pourquoi un tel constat? Explorons quelques pistes... 
D'abord, parfois les responsables qualité n'osent peut être  pas suffisament s'imposer et être ambitieux pour l'entreprise; démontrer en quoi la démarche est cource de valeur... Cela est peut etre lié aux choix des indicateurs pas assez reliés avec le business de l'entreprise . Quand la qualité rime avec rentabilité ca aide ..Cela impose par exemple des indicateurs économiques (couts de la non qualité), commerciaux (faux de fidélisation des  clients, mesure de l'intention de réachat),
Cela impose aussi une réflexion sur la déclinaison des objectifs stratégiques en objectifs qualité. Une politique créée pour ISO n'a pas de sens.
une politique qualité qui supporte la stratégie c'est mieux.. Revue en fonction du contexte de l'entreprise, de son marché, de ses ambitions, elle prend du sens

D'autre part cela induit une réflexion sur la positionnement rapport qualité prix de l'entreprise en cohérence avec le marketing...Réflexion qui demande du temps et un travail collectif mais permet de recentrer l'action de la qualité..

Un autre point aussi qui peut influer sur l'image de la qualité est celui de l'action visible par le responsable qualité. une action centrée sur la rédaction des procédures, la description des processus, la conformité aux référentiels  ne permet pas toujours de positiver sur la création de valeur . Un système documentaire oui mais seulement pour s'améliorer....

Enfin, le vocabulaire peut aussi influer ... Soyons peut etre un peu plue positif pour embarquer l'entreprise , osons adopter un vocabulaire plus "vendeur";  retour sur investissement, projet stratégique, point critique des processus, risque non maitrisé, enthousiasme client .., parcours client, analyse de la valeur ajoutée client.. autant de terme qui peuvent dynamiser le discours de la qualité notamment en présene des dirigeants lors de la revue de direction

 

Mais c'est juste mon avis....

Publié dans Management

Commenter cet article

GOMIS 09/02/2014 22:09

Il n’est jamais facile pour un qualiticien de s’imposer dans une entreprise, en effet on nous considère comme des rédacteurs de procédures, processus…., et pourtant il s’agit souvent de documents dont l’entreprise a réellement besoin. Cet état de fait, met souvent le qualiticien dans une situation très délicate pour bien faire son travail. Mais je pense qu’il s’agit d’une épreuve, et les épreuves sont faites pour être surmontées. La plus grande difficulté que peut rencontrer un qualiticien, c’est sans aucun doute, de ne pas être épauler dans sa mission par le chef d’entreprise.

F GILLET GOINARD 18/02/2014 17:48

Oui tout à fait vous avez raison de le soulever. la condition clé reste l'engagement du chef d'entreprise
florence