Animer la qualité au quotidien.. vraiment !

Publié le par GILLET GOINARD FLORENCE

Les Responsables qualité ne devraient pas avoir de bureau..Voilà un postulat provocateur .. et pourtant !!

Trop souvent je peux observer dans les entreprises des Responsables qualité "visés" à leur ordinateur,  obsédés par leur reporting , oubliant que leur présence sur le terrain est indispensable.....

Etre  responsables qualité , c'est avant tout donner envie, motiver, animer la qualité au quotidien ...savoir sortir de sa bulle technologique...

Etre sur le terrain permet aux responsables qualité d'être "dans la vraie vie" d'observer à la fois les produits (vive le GEMBA!), les process, les opérateurs, les managers..D'identifier les bonnes ou mauvaises pratiques, les risques, les difficultés,  mais les progrès aussi..

Etre sur le terrain   assure aussi  de permettre aux collaborateurs d'échanger avec le service qualité, de poser des questions, de faire  des suggestions,

C'est également un moment unique pour engager le dialogue avec les managers (souvent plus sensibles à des rencontres informelles qu'aux  mails balanisés)

Et puis le terrain est au delà d'un lieu d'échanges , un lieu de travail  pour progresser ensemble. De nombreuses possibilités s'ouvrent à nous ...:

-des réunions minutes près des lignes ou dans les bureaux pour sensibiliser à une pratique , un probleme ou rechercher des causes de réclamations

-des visites avec les managers pour faire un bilan qualité des pratiques (au delà des audits structurés)

-une revue des documents en place , des moyens de controles utilisés,

-une opération flsh 5S (faire plus propre, plus rangé)

-une débriefing rapide autour du tableau de bord pour commenter des indicateurs qualité

-une opération communication pour délivrer un nouveau message

-etc ..

 

La qualité reste pour beaucoup de collaborateurs  quelque chose d'abstrait, de flou ..
Je reste persuadée que ce n'est pas en restant derrière son ordinateur que nous aiderons les bonnes pratiques à se déployer sur le terrain ..

 

Et vous combien de temps passez vous sur le terrain ?

Publié dans Management

Commenter cet article

guy couturier 13/09/2013 14:09

Bonjour Florence,
Merci de vos encouragements, bien sûr je vais continuer à aller sur le terrain, c'est effectivement la place d'un RQ.
Dans mon commentaire précédent, j'étais un peu "colère" d'un Audit "surréaliste" qui vous pousserait à abandonner la Norme ISO. Mais devant un tel décalage avec le business de l'entreprise, on
comprend que pour certains la Norme ISO ne soit qu'un masque qui n'oblige qu'à une course à la recherche de conformités, 8 jours avant l'Audit.
Autre histoire vécue, lors d'un brief alors que je vantais la certification ISO de l'entreprise, l'Acheteur m'a coupé en déclarant: "La Norme ISO consiste à si vous faites de la M..., vous vous
fixez comme objectif par écrit que vous ferrez de la M... et vous serrez conforme à votre certification".
J'ai toujours beaucoup de plaisir à vous lire.
Bien cordialement. Guy

guy 12/09/2013 11:57

Bonjour Florence,
Les responsables Qualité comme les Commerciaux d’ailleurs POURRAIENT ne pas avoir de bureau, pour ne pas s’y assoir. Leur place devrait-être principalement sur le terrain dans la « vraie vie » de
l’entreprise. Mais ce vœu pieux c’est pour le monde des Bisounours.

L’un comme l’autre, ils ont des tâches administratives à accomplir et leur hiérarchie les jugent encore trop souvent sur la qualité de leur prose, que sur leurs résultats. (pour les RQ : conserver
sa certification).

Autre exemple, comme RQ, j’ai subi la semaine dernière mon Audit externe annuel ISO 9001. J’ai été « épinglé » :
-Mon Auditeur interne n’était pas certifié ISO, pensant bien faire, j’avais sous-traité cette tâche à une Société de Consultants. A trois, ils ont passé 1 semaine pour observer et faire des
propositions de progrès de tous les postes de travail (un travail remarquable que je n’aurai pas su faire !). Mais comme je n’ai pas pu montrer une attestation de certification à l’Audit ISO, mon «
inspecteur » AFAC n’a même pas voulu lire leur compte rendu le jugeant inacceptable.
-Mon Rapport de Direction annuelle avait été fait sur plusieurs jours, au « Fil de l’eau » pour être plus réaliste. Lui aussi irrecevable et m’a valu une 2ème Non-conformité ;
Bien sûr nos + 70% de progression de notre CA cette année, ni les 50% de recrutement opérés n’ont retenus son intérêt ni même les 250 000 € d’aménagement nouveaux.
Je mets en place une « Supervision Active », avec des réunions prévues :
-Chaque jour « le tour de terrain » de chaque superviseur à la reprise de travail
-Des « Points 5 » réunion debout en 5 minutes de chaque responsable, pour se faire rapporter des incidents éventuels de la veille et définir les priorités du Jour. Sur les lieux de production avec
quelques indicateurs affichés au Mur.
- Des rencontres hebdomadaires de tous les responsables avec la Direction (1 heure).

Mais cela aussi, cela n’a pas intéressé mon contrôleur AFAC, vu que c’est sa dernière visite et que l’année prochaine il sera remplacé…par un nouvel Audit qui ne connaîtra pas notre métier, et qui
m’évaluera uniquement sur ma conformité « administrative » et sur mon respect des exigences documentaires de la Norme.
Cela ne m’incite pas à sortir de mon bureau. Désolé
Bien cordialement - Guy

GILLET GOINARD FLORENCE 12/09/2013 15:35



Bonjour Guy


merci pour ce commentaire ... du vrai vécu!!!


Mais avouez que vous avez eu des auditeurs, comme dire ....."obtus?"


un auditeur n'a pas à etre "certifié ISO " mais etre qualifié (formation, habilitation), une revue de direction peut etre faite sur plusieurs jours ...


Bon s'en rentrer dans ce débat, oui vous avez raison , le RQ doit faire face des taches administratives incontournables mais qui ne doivent pas trop l'éloigner du terrain, de la "vraie" vie où se
fait la qualité produit ou donc la satisfaction client


Continuez , abuser de  vos tours de terrain, dfe vos points 5 pour animer la qualité avec les managers ! et tant pis si cela n'apparait pas comme des points forts dans vos rapports d'audits
externes!


Cordialement


florence