Mesurer l'efficacité des actions correctives ...

Publié le par GILLET GOINARD FLORENCE

C'est la troisième phase du PDCA,  la cinquième du DMAIC (démarche six sigma...), une exigence renforcée  de la norme ISO 9001 V2008 ., une étape de toute méthodologie de résolution de problème (8D ou autre ..).

Bref !  la mesure de l'efficacité des actions correctives est  un incontournable qui fait partie intégrante  d'une démarche d'amélioration continue et une des taches  clés du Responsable qualité.

Les enjeux ?
Au delà de l'aspect méthodologique et normatif énoncé ci dessus, la validation de l'efficacité des actions correctives est  la démonstration pour les managers et les collaborateurs de l'entreprise de la pertinence de la démarche de progrès engagée.
Elle prouve à chacun l'intérêt de la démarche, la crédibilise et entretient donc la motivation à la qualité.

Comment la mettre en oeuvre?
Mesurer  l'efficacité d'une action , c'est  vérifier qu'elle a atteint son objectif. D'où la nécessité de définir clairement et concretement le résultat  opérationnel attendu.
On a constaté  factuellement une situation insatisfaisante, non conforme qui impose la mise oeuvre d'actions correctives. Avant de s'engager dans l'action , fixons la situation finale visée
Cette définition est à réaliser dès le début car les solutions à mettre en oeuvre  vont dépendre  du résultat attendu.
(plus le'objectif est ambitieux, plus il faudra engager d'efforts..)

Pour moi, la mesure du résultat peut être faire schématiquement   de deux manières différentes:
- par des observations sur le terrain de la disparition d'un problème .
 Ceci, bien sur,  à faire dans une  période donnée, à une date donnée.  On définit en effet que l'efficacité d'une action corrective se fait à long terme : le problème doit disparaitre à la mise en oeuvre des actions et ne plus réapparaitre! C'est le principe de  la validation à chaud et à froid.
- au travers d'indicateurs qui permettent de mesurer factuellement l'impact de solutions . un graphique regroupant la situation initiale, la situation visée, l'engagement des actions et les résultats obtenus est une trace préciseuse et concrete à conserver précieusement

N'oublions pas nous plus les mesures de rentabilité qui complètent ces démarches . la notion d'efficience prend ici alors tout son sens.

En aucun  cas, la seule  validation de la mise en oeuvre des actions doit suffire . on se projette toujours sur la finalité , les résultats attendus.

Comment  l'exploiter ?
En cas d'écart de non atteinte des résultats dans les délais définis, un retour d'expérience est alors à engager .. pour rechercher à progresser. dans cet "art" qu'est la résolution de problème..
Si les résultats atteints, il est important d'engager une communication pour valoriser le travail réalisé..

Et vous quelles sont vos bonnes pratiques ?


 

Publié dans audit

Commenter cet article

Florence GG 12/06/2017 14:50

le meilleur outil est une méthode de résolution de probleme structurée et la fiche d'action correctice qui enregistre les décisions: analyser le probleme, rechercher la cause racine, décider de l'action corrective, planifier, mettre en œuvre et suivre l'efficacité

mouna 09/06/2017 11:48

bonjour
merci de me proposer un outil qualité qui aide à mettre en oeuvre des actions correctives et mesurer l'efficacité de ces actions.
En vous remerciant par avance.
cordialement

Alexandre 13/08/2012 15:52

Bonjour,

Merci pour toutes ces informations très utiles !

Quand la fréquence d'apparition du problème est trop faible, peut être est-il possible de s'intéresser à l'impact de l'action sur les causes mêmes du problème pour juger de l'efficacité de
l'action.

Après il est vrai qu'un même problème peut avoir différentes causes auquel cas d'autres actions devront être mises en place et leur efficacité devront être évaluées de la même façon. Il faut alors
se pencher plus fortement sur l'analyse des causes afin d'être le plus exhaustif possible. Enfin selon mon avis....

Cordialement,
Alexandre.

robert 20/03/2012 21:50

Merci pour cette réponse rapide.
Pour les actions préventives, la norme ISO9011 demande tout de même d'en mesurer l'efficacité, et je ne connais que le moyen que vous citez (RPN)
Pour les problèmes apparaissant tous les 2 ans, il est des cas ou c'est nécessaire de prendre des actions et d'en mesurer l'efficacité. (prenez l'aviation par exemple). Je vais continuer de
chercher, merci encore.

Robert 20/03/2012 17:57

Bonsoir,
Merci de publier ce genre d'info sur internet, ça nous aide souvent.
Sur la mesure d'efficacité des actions correctives et préventives j'ai un besoin un peu particulier: si j'ai un type de réclamation une fois tous les 2 ans, comment puis-je mesurer l'efficacité de
mes actions, sachant que je ne peux pas attendre 2 ans pour constater que le problème ne s'est pas reproduit. Et en allant plus loin, comment mesurer l'efficacité d'une action préventive pour un
problème potentiel, donc qui n'est pas encore arrivé ?
Merci
Cordialement

GILLET GOINARD FLORENCE 20/03/2012 21:30



Bonjour Robert .


c'est effectivement une bonne question!
mesurer l'efficacité des actions correctives menées sur un problème qui n'apparit que sur deux ans. amnère à une qutrre question; doit on réellement engager des actions pour un probleme de si
faible fréquence?
si oui on peut mesurer la mise en ouevre des actions, . la disparition de la cause mais effectivement pas la disparition de l'effet


Pour les mesures préventives on evalue le risque,  (gravité/ probabilité d'appartion) et on mesure ensuite le risque résiduel ( nouvelle probabilité d'apparition et/ou nouvelle gravité) .
C'est théorique mais nous sommes dans la gestion de risque..


cordialement
Florence