Mesurer les couts de non qualité : une mission clé du Responsable Qualité

Publié le par GILLET GOINARD FLORENCE

Dans le contexte actuel de crise, la qualité doit plus que jamais aider l'entreprise à améliorer sa compétivité.
Quand certains Responsables Qualité évaluent leurs couts de non qualité en production  à 3 à 6% du chiffre d'affaire, des spécialistes affirment qu'il faut multiplier ce chiffre par  2 voir par 3 pour obtenir le cout total des non qualités dans une entreprise!
Le gisement de gain est donc énorme..

Améliorer le niveau qualité des prestations et réduire les couts de non qualité se fait simultanément.
En effet, une meilleure qualité est synomyme  de moinsde rebuts, moins de reprises, moins de réclamations.
Cette démonstration  ,qui passe par l'évaluation   des couts de non qualité,  permet à la direction de donner un sens économique à la qualité.. Le Responsable qualité se doit d'être bilingue :  parler à la fois le langage  du client et celui de l'entreprise (celui de l'argent..)
L'incapacité de communiquer  des  données économiques chiffrés avec la direction peut être un handicap à l' équipe qualité qui se retrouce "en compétition " dans l'allocation des ressources  avec les autres départements

Comment mesurer les couts de non qualité dans son entreprise : en organisant sa collecte de données . Il faut en effet recueillir  au sein de chaque service des informations traduites en euros sur  les couts :
- des  rebuts ( ce qui est détruit, mis à la poubelle)
-des reprises et réparations internes
-des  retours de produits
- des analyses et expertises des produits bloqués
-des réunions organisées pour étudier et statuer sur des incidents qualité
-des réclamations clients (traitement administratif, visites, avoirs ..)
-des déclassements produits

Un pareto est très utile pour visualiser rapidement les rubriques les plus importantes (que l'on peut affiner par produit, par ligne  de production ..)

L'information sur les couts de non qualité étant disponible, le responsable qualité pourra ainsi justifier une demande d'investissement dans une logique de rentabilité .

Et vous mesurez vous vos couts de non qualité ?

Publié dans Outils qualité

Commenter cet article

Adem 21/02/2014 17:50

Le calcul de coût de la non-qualité est devenu une nécessité pour réduire les aspects non-conforme dans l'organisme, ça permet de rationaliser les dépenses, les rebuts, et optimiser la dynamique des SMQ, comment peut on le calculer? Y'a-t-il des moyens à adopter pour calculer ces coûts m'aider?

Florence GG 24/02/2014 11:36

Bonjour Adem
Pour mesurer les couts de non qualité il faut traduire par activité ou processus les activités de l'entreprise induites par la non qualité ET réalisées ou subies par les collaborateurs:
par exemple non qualité : erreur facture : on refait lafacture
erreur dossier remis à la production : on perd du temps
cela se traduit en heures passées multipliées par le cout horaire moyen

il y a aussi les pertes "sèches" de l'argent perdu : produit jeté, détruit, ou remises faites à un client ou les déclassements

dans une société de services on s'attaque le plus souvent aux réclamations
pour une société de production ; on regarde les rebuts, les pertes dans les poubelles...

cela vous aide t il?
cordialement
florence

fernand 03/03/2010 21:34


Salut Florence,

Dans le précédent commentaire, j'avais oublié de vous d'indiquer le résultat des statistiques de non-qualité sur un grand nombre de sociétés. Comme vous le précisé le gisement est énorme, la
moyenne du % de non-qualité avoisine les 20%. Ces des millions € qui partent par la fenêtre. La plupart des managers n'ont pas conscience du potentiel de gain de gestion qu'ils peuvent
récupérer.

BAV
Fernand


GILLET GOINARD FLORENCE 03/03/2010 22:42


effectivement le % fait peur.. à diffuser largement!


fernand 25/02/2010 20:37


Salut Florence,

Sur votre question mesurez-vous la non-qualité ?

Bien sûr, ce qui n’est pas mesuré ne progresse pas. Une fois le Pareto réalisé sur les différentes causes de la non-qualité. Je réalise une analyse grâce à un module que j'ai mis au point, il
permet de visualiser à quelle équipe de production appartiennent ces défauts. Les résultats sont étonnants et surprenant, on peut apercevoir que certaines équipes s'approprient certains défauts.
Chacun à une manière différente de travailler ou de réagir face un problème. En conclusion, ± 80% de la non-qualité est due à une erreur humaine ou managerielle.


GILLET GOINARD FLORENCE 26/02/2010 08:44


merci pour ce commentaire!
Pareto est effectivement l'outil clé pour exploiter les données Votre constat sur l'importance de l'erreur humaine ou managériale montre l'importance de les impliquer dans les mesures
cordialement


Patricia B. 03/12/2009 10:24


La mesure des coûts de non qualité est souvent la bouteille à l'encre du service qualité de l'entreprise.
En général la tâche est fastidieuse et on y investit beaucoup de temps qui pourrait être consacré plus utilement à l'amélioration continue.

Il est donc essentiel que la remontée des coûts soit simplifiée et si possible interfacée avec l'ERP de l'entreprise et qu'un lien puisse être fait avec les causes racines de la non-qualité.

On peut ensuite utiliser les méthodes classiques de résolution de problème.

Par ailleurs, l'outil d'enregistrement des non-qualités doit être simple d'emploi, compréhensible par les "non qualiticiens" et surtout les résultats des actions correctives doit être communiqués
afin que l'ensemble de l'entreprise s'approprie l'outil et le fasse vivre.

Patricia B.