Qualité et Développement Durable: quelles pistes de synergie?

Publié le par GILLET GOINARD FLORENCE

Difficile pour la qualité de trouver sa place dans le grand mouvement du Développement Durable non?

Les trois socles de la démarche : Profit, Planet, People ne lui  laissent  que peu d'opportunités pour s'imposer .. et la norme ISO 26000 nouvellement publiée n"est pas non plus  très bavarde à ce sujet . (hormis la partie questions sur les consommateurs).

 

Et pourtant ..
Oui l'urgence aujourd'hui est de sauver la planète et de réduire les inégalités entre les populations,
Oui il est fondamental de  garantir aux salariés des conditions de travail acceptables , de s'assurer qu'ils sont protégés , qu'ils ne subissent pas de contraintes ni de discrimination

Oui l'entreprise peut être autre chose d'un monopole purement  économique et créer de la valeur autre que financière.
Oui L'entreprise ne s'inscrit plus dans une relation unique  avec ses clients, elle doit aujourd'hui tenitr compte des parties prenantes telles que les ONG, les collectiivités, les investisseurs;  les assurances, les associations qui exigent d'elle un comportement responsable

Mais, au final, s'engager vis à vis de ses clients, s'engager  à les respecter, à leur vendre des produits correspondant à leur besoin,  à traiter leurs  réclamations n'est ce  pas la  base d'un comportement  raisonnable ?

Peut on imaginer une entreprise  revendiquant les valeurs du  Développement Durable et qui mépriserait ses clients ? qui ne chercherait au travers d'eux qu'une source de profit ?

 

Je suis donc convaincue que la qualité est un fondement de la Responsabilité Sociétale des Entreprises et qu'il ne peut exister d'entreprise  responsable sans démarche qualité .
L'éthique dont on parle tant peut être aussi associée au  comportement  adopté par les commerciaux, les marketeurs, les producteurs, les logisticiens et bien sur la direction vis à vis de leurs clients ..

Respecter le client, le faire progresser, bien le conseiller, l'aider en cas de non confotrmité : autant d'attitudes responsables

Les qualitiens sont donc bien des acteurs incontournables  du DD par leur position de représentant du client au sein de l'entreprise

 

 

Respect, écoute, engagement au tant de mots associés au DD et qui s'attachent avec fermété à la qualité

 

Qu'en pensez vous ?

Commenter cet article

microneedle roller review 08/04/2014 14:21

Quality and Sustainability: What tracks synergy? is a good reference for the people to understand and learn the art of the social and economic stability of the people i am happy to be on such a blog after a long search on the internet and i will be back again for more.

AJANOHUN Chantal 14/04/2011 17:38


Quelle es la différence entre une fonction et un processus en matière de qualité ?


GILLET GOINARD FLORENCE 14/04/2011 21:42



Bonsoir Chantal


une fonction est un service de  l('entreprise, une structure cloisonnée qui représente un métier


un processus est un enchainement d'activités réalisées par des métiers différents qui concourent à un objectif commun (le processus acheter va coordonner les contributions des achats de la
qualité, du controle réception et éventuellement de la comptabilité


Etes vous d'accord ?


Cordialement
Florence



AJANOHUN Chantal 14/04/2011 17:06


Le SMQ est un outil précieux de développement et de performance des entreprises en général. Forcément, le SMQ procure aux entreprises d'énormes avantages, certainement plus davanages que
d'inconvenients. Tous les chefs d'entreprise devraient l'adopter dans leur management.
Mais à propos des avantages tirés du SMQ par les entreprises certifiées ISO 9001:2008, pourrait-on les évaluer au travers des huits (8) principes ? Comment ? Une entreprise certifiées ISO 9001:2008
répond t-elle d'office aux exigences des huit (8) principes ?


GILLET GOINARD FLORENCE 14/04/2011 21:45



Oui tout à fait Chantal mais ils sont plus formulés en  principes d'action qu'en bénéfices entreprise.. Ce serait effectivement intéressant de les transformer en intéret ; exemple écoute
client -(cela conduit à la satisfaction, la fidélisation des clients donc le maintien du capital client donc du CA...)


cordialement


florence



Henri 25/03/2011 23:02


Bonsoir Florence

effectivement votre article fait toucher du doigt le problème de base des valeurs de l'entreprise (ou de ses dirigeants).

Je ne peux m’empêcher de penser que le "management de la qualité" pourrait n'être au final qu'une suite logique et pertinente de pratiques à développer au sein de l'entreprise.

Mais peut-on développer une démarche qualité au service d'une démarche purement marketing ? permettant d’accroître de façon un peu cynique les parts de marché, au service de la seule progression du
chiffre d'affaire et de la rentabilité ?

Oui, c'est probablement possible ; par exemple le chapitre 6 de la norme se limite à la définition des compétences utiles au poste, et à la nécessité de les obtenir, au besoin par des actions de
mises à niveau dont l’efficacité sera bien entendu évaluée.
Mais pour quelle finalité ? Tant pour le salarié que pour les parties intéressées ?

Je pense que les réponses dépendent des valeurs de l'entreprise. Dès lors, la norme ISO 2600 prends tout son sens car elle recouvre les autres systèmes de management en leur donnant une cohérence
globale encore plus forte qu'un SMI qui reste trop souvent focalisé sur 2 seules parties intéressées : clients et salariés.

Encore merci pour vos chroniques qui sont toujours pour moi l' amorce d'une réflexion et d'un recul sur les pratiques quotidiennes des entreprises.

Henri


florence 09/04/2014 08:47

merci pour cette réflexion.. Qualité et ethique un beau duo gagnant !
cordialement
florence

GILLET GOINARD FLORENCE 28/03/2011 13:20



allons restons confiant Henri!


je reste convaincue que Marketing , Qualité et éthique peuvent être compatibles  si managés par une direction responsables (au vrai sens du terme!)


 


cordialement
Florence