L'auto-Controle

Publié le

 

 

           

Quels intérêts pour une entreprise de s’engager dans cette logique  d'autocontrole?

     L'autocontrole permet de  garantir  à  des étapes clés des processus , la conformité de la  production par les personnes qui réalisent la tache
D'où :

-une   possibilité de forte réactivité sur le processus
-une diminution des coûts de non-qualité ;
-un enrichissement des tâches et responsabilisation et implication accrue des opérateurs de production.

Si l'autocontrole est traditionnellement déployé dans les activités industrielles, il se développe aujourd'hui beaucoup dans les sociétés de service

Le réflexe recherché : je réalise une opération, je vérifie ensuite la confirmité de ma prestation et cela avant de passer mon travail au poste suivant..

  Quels sont les conditions d'efficacité ?



 L'efficacité de l' auto-contrôle va dépendre  de trois facteurs :

l-la compétence et la volonté de la personne qui réalise  à la mission d’autocontrôle,
-le  management exercé les opératuers en autocontrole par son chef d’équipe et l’ensemble de l’encadrement
-les conditions matérielles d’exécution de cet auto-contrôle.

On prendra donc garde à ne pas porter de jugement hâtif sur le manque de « bonne volonté » de l’opérateur avant de s’être posé les bonnes questions sur les véritables conditions qui permettront de créer chez lui l’envie de s’impliquer et de réussir.

 

  Comment mettre en oeuvre l'autocontrole?

 

La réussite de l’autocontrôle dépend de 4 grands types de paramètres que l’on cherchera préalablement à optimiser pour créer chez l’opérateur l’envie de s’impliquer et de réussir dans ses missions de fabrication mais aussi de contrôle: l'individu, la hiérarchie, le service controle 

     

1/ Assurer la compétence  du collaborateur:


Il s"agit de former l’opérateur à sa mission de « contrôle » (que doit-il contrôler, quand, comment ?  pourquoi ? où doit-il enregistrer ses contrôles ? qui doit-il prévenir en cas de non conformités ? etc.) ;

   la  formation portera donc à la fois sur le sens donné à l'autocontrole (le pour quoi) et sur la méthode de contrôle ainsi qu'à  l’utilisation éventuels des instruments de contrôle qu’il doit mettre en œuvre ;

  Cette formation sera accompagnée de turorat (fonctionnement sous surveillance et avec l’aide d’une personne expérimentée ou d’un contrôleur qualité dans un premier temps) ;

  

 

2/ Donner envie aux collaborateurs de  s’impliquer :


  Il s'agit ici de formaliser la mission de contrôle sur la fiche de poste de l’opérateur ; de sensibiliser l’opérateur aux tenants et aboutissants des produits qu’il fabrique (faire prendre conscience des conséquences potentielles de la non conformité du produit pour les clients et pour notre entreprise) ;  mais aussi de sensibiliser l’opérateur à la responsabilité que cela représente ;


  Dans ce cadre, il faudra  éventuellement  tenir compte de cette responsabilité pour fixer les modalités de rémunération ;

    La réussite de l'autocontrole portera aussi sur l'évaluation par les managers de la manière dont les collaborateurs mettent en oeuvre l'autocontrole, On  Informera régulièrement l’opérateur des résultats obtenus (taux de conformité en clientèle après auto-contrôle) par rapport aux objectifs fixés  en écoutant ses propositions d’amélioration et les difficultés que l’opérateur rencontre au poste et prendre en compte ou y apporter des réponses argumentées.

 

3/ Assurer La volonté de déléguer  le contrôle à la production:

  
Nous devons prendre en compte la nécessite de faire accepter aux personnes du service controle qu'ils vont déléguer une responsabilité à la production  et faire accepter aux membres de la production cette nouevlle responsabilité
Cette dimension inclut  donc deux impératifs :

- Former la hiérarchie de production / les contrôleurs à la délégation ;

 - Former la hiérarchie de production / les contrôleurs aux principes de l’autocontrôle et à la logique d’organisation des contrôles (missions respectives affectées à chacun des 3 niveaux de contrôle d’un plan de surveillance) ;

  
On évaluera la hiérarchie de production entre autres critères sur leur capacité à faire respecter l’autocontrôle par les opérateurs.

 

4/ Mettre en place les moyens :


Plusieurs actions sont à lancer
- Assurer la disponibilité des instruments de contrôle nécessaires au poste ;

   - Aménager  si besoin le poste  de travail: espaces respectifs pour les pièces à contrôler, les pièces contrôlées bonnes, les pièces contrôlées non conformes ;

   -  Documenter les opérations d’autocontrôle au poste rappel des consignes de poste) ;

  - Mettre à disposition les moyens d’enregistrer les résultats facilement (formulaires d’enregistrement, stylo, place nécessaire pour écrire) ;

 
Limiter au strict minimum l’effort d’écriture de l’opérateur ;

  -Tenir compte du temps d’autocontrôle pour déterminer les temps de fabrication standards ;

   - Corriger les paramètres pouvant perturber l’autocontrôler : lumière, propreté, température de l’atelier, etc.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'autocontrole

 

 

Publié dans Outils qualité

Commenter cet article